Espace Culturel André Malraux 100 Avenue Maréchal de Lattre de Tassigny 83140 Six-Fours-les-Plages, PACA
Concert Abonnés 15 € Tarif plein 20 €
pop / rock

ROVER + BARBAGALLO

08/04/2017 | 20:30
Concert debout

Report du concert du 1er décembre 2016.

Suite à un accident (fracture à la jambe), Rover a dû subir une intervention chirurgicale, et ne sera donc pas en capacité physique d’assurer son concert prévu à l’Espace Malraux le jeudi 01 Décembre 2016.
Le concert est donc reporté au samedi 08 Avril 2017. Les billets achetés restent valables.*
La première partie, Skyers, n’étant pas disponible à cette date, nous aurons le plaisir d’accueillir Barbagallo, le batteur de Tame Impala, qui viendra présenter son nouvel album « Grand Chien ».
* Le remboursement des billets est néanmoins possible dans les points de vente où l’achat a été effectué.

ROVER

Rover a sorti en 2012 un premier disque, sorte de fulgurance électrique viscérale, drapée d’un velours rouge où il était possible de s’oublier. Rover a donné plus de 200 concerts depuis, a traversé les frontières, croisé les peuples, les âmes. Quand on le rencontre, on ne peut s’empêcher de voir une silhouette à la carrure colossale et aérienne.

“Let It Glow”, son deuxième disque oxymore, est gorgé de chansons cristallines ou rocailleuses, il parle de nouveau chapitre. Rover écrit la nuit, souvent, et enregistre sur bandes. Il a réalisé l’album lui-même, l’a enregistré dans un studio breton, Kerwax, avec des amplis aux lampes capricieuses, des instruments qui sonnent différemment selon la météo, l’heure de la journée… Analogique. “Choisir des instruments qui ont déjà vécu, c’est comme choisir une vieille voiture, c’est opter pour une non fiabilité, pour quelque chose qui peut avoir ses caprices. On sent qu’il y a des fantômes. Et pour celui qui est à l’écoute, ils peuvent devenir de vrais partenaires.” Un album qui a privilégié les accidents, l’instinct, le laisser-aller donc. Quant au mastering, il a été confié à Bob Ludwig (Led Zeppelin, Nirvana, Radiohead, Beck, Daft Punk…), dont les studios sont situés à Portland.

“Let It Glow” est un disque non pas de son époque mais pour son époque. C’est Bowie, Lennon et tous ceux qu’on voudra bien retrouver. Rover n’est pas un usurpateur. Et mérite mieux que des étiquettes paresseuses de toute façon. Et sa musique, très vite, écrase les facilités. Est-elle pop, est-elle rock ? On ne sait pas et à vrai dire, on s’en moque.

Site officiel / Facebook

JULIEN BARBAGALLO

C’est un mouvement qui gronde partout dans nos contrées : il faut réinventer la manière dont on chante la langue française, dont on se l’approprie, dont on la fait muter. La faire muter comme la font muter Sébastien Tellier, Bertrand Belin ou Julien Barbagallo – explorateur de longue date des marges de la chanson française avec Aquaserge ou son projet solo Lecube.
Mais exilé depuis quelques années en Australie, notamment parce qu’il tient fûts et charleys dans l’institution indie pop australienne Tame Impala, “Big Dog” a profité de son isolement linguistique pour libérer sa langue, le mot, l’idée, et reconnecter avec son histoire et ses racines. Sur Grand Chien, Barbagallo fait feu des mots et accents de sa langue maternelle et tombe, pour la première fois, le masque, en embrassant d’un seul geste jusqu’aux recoins les plus complexes de son identité, et en se débarrassant des formules toutes faites de la pop dans la parlure de Shakespeare et Elvis Presley.

Facebook